minaret-tajmouati

"Lequel de nous mérite son destin ? Une nuit qu’elle dormait paisiblement au milieu de ses casseroles, le maître de maison glissa dans la cuisine et se dirigea vers le corps recroquevillé dans une couverture millénaire. Aouicha ouvrit les yeux et retint un cri. L’homme la menaçait de son membre érigé qu’il tenait dans sa main droite. L’homme, comme une montagne, la dominait de sa corpulence. Cet homme l’avait souvent injuriée, battue, humiliée, mais jamais encore elle ne l’avait vu dans cette attitude. Elle ne comprenait pas ce qu’il lui voulait à cette heure. Aurait-il oublié de la punir dans la journée pour une faute qu’elle aurait commise et viendrait-il se rattraper ? Aouicha se protégea le visage de ses bras maigres, attendant le premier coup. Il n’y eut pas de premier coup. L’homme se pencha sur le corps de la fillette qu’il dénuda avec violence. Aouicha pensa qu’il avait découvert un autre moyen pout la châtier. Elle tremblait comme une feuille morte et ses larmes coulaient avec abondance. Une fois le petit corps mis à nu, l’homme s’allongea de tout son poids sur le ventre de la fillette, broyant ses membres rachitiques. Elle ressentit une déchirure au niveau du nombril et perdit connaissance. Quand elle revint à elle, le soleil était déjà haut dans le ciel. La maitresse de maison était debout sur elle, un bâton dans la main. Elle se couvrit à la hâte et regagna sa serpillière et ses casseroles. Le soir, elle se rendit compte que ses jambes et sa robe étaient maculées de sang et qu’elle avait beaucoup de peine à marcher. Aouicha avait dix ans."  ( Abdelhaq Serhane, Le soleil des obscurs, éditions du Seuil)

Minaret-tajmouati-2